• Titre : Le Passage du DiablePassage du Diable
  • Auteur : Anne Fine
  • Illustrateur : Pgiam/ Getty Images
  • Éditeur : L’école des loisirs
  • Pages : 366
  • Parutions : 8 Avril 2015

J’avais entrevue ce roman dans un Cultura. Quelque temps après, j’ai craqué. La couverture m’intriguait, le résumé encore plus, il promettait un récit assez sombre. Je l’ai lu très vite et n’ai pas été déçue. Anne Fine à une belle plume, simple et fluides, les chapitre s’enchaînent sans qu’on s’en rende comptes.

« Depuis son plus jeune âge, Daniel Cunningham a vécu enfermé, avec pour seule compagnie les livres et sa mère – qui l’a gardé reclus, à l’écart du monde extérieur, et qui n’a cessé de lui répéter qu’il était malade. Un jour, des coups frappés à la porte vont tout changer.

Des voisins ont découvert son existence, et résolu de libérer Daniel de l’emprise de sa mère. Pris en charge par le docteur Marlow et sa famille, il va découvrir peu à peu que tout ce qu’il tenait pour vrai jusque-là n’était qu’un tissu d’histoires racontées pour le protéger. Mais le protéger de quoi ?

De sa vie d’avant Daniel n’a gardé qu’une maison de poupée. Et pas n’importe quelle maison de poupée : c’est la réplique exacte de la maison natale de sa mère, une maison qui recèle de nombreux et sombres secrets. Jusqu’à quels vertiges ces secrets conduiront-ils Daniel ? »

 

Daniel a toujours vécu enfermé, il apprend petit à petit la vie, avec le Dr Marlow, c’est un personnage qui ne cesse d’apprendre, il est très attachant. Je l’ai beaucoup aimé, mais il manque un peu de jugeote, les indices sont là, crève les yeux, mais non.

Liliana, sa mère est un personnage assez ambiguë, on a du mal à la cerner, et plus on en apprend sur son passé, plus notre opinion ne cesse de changer. J’ai bien aimé les multiples aspects de sa personnalité, et qu’elle soit présente, même quand elle n’est pas physiquement là. Elle en devient parfois plus importante que Daniel.

Le Dr Marlow est un homme savant, intelligent, juste mais comme Daniel, il manque de jugeote, il est naïf.  Sophie, sa fille, est le personnage le plus joyeux du roman, un rayon de soleil, malgré ses réactions enfantines. Elle est moins naïve que son père mais ses actions sont parfois irréfléchies.

Martha et Thomas, deux personnages que Daniel rencontreras plus tard, liés à sa mère, m’on plutôt exaspéré, ils sont trop mystérieux, ce qui ne leur vas pas. De plus, ils sont trop pessimistes, résignés à une fatalité. Je n’aime pas vraiment le personnage résignés, avant même s’avoir essayés.

Enfin, Jack, que l’on rencontre plus tard est un personnage que j’ai adoré, mais, ses actions, ses buts sont trop transparent. Il est prévisible, mais reste un personnage étrange, ambiguë et ça m’a plu.

L’ambiance du roman est assez sombre, surtout dans la deuxième partie du roman. On ne sait jamais à quelle époque on est : il n’y a pas de voitures mais des charrettes, donc nous nous ne sommes pas à notre époque, mais aucune date n’est précisée.

L’intrigue quant à elle est original, on suit plusieurs pistes, tout restes mystérieux, mais, finalement, l’auteur donne trop d’indice, ce qui a finit par me gâcher la fin, avant les ¾ du roman, j’avais devinée les grandes lignes (bon, en même temps je lis beaucoup, et il ça m’arrive aussi devant des films…).

La fin quant à elle est trop expliquée, alors que le récit balance entre fantastique et réalité, le fin est trop explicatif, une simple chute aurait été plus efficace. Le rôle de Jack est malheureusement prévisible. On a beaucoup de questions par rapport à cette maison et  à Liliane, on obtiendra nos réponses, avec un peu trop de détails à mon goût.

Pourtant, le roman est vraiment bien, j’ai dévoré les ¾ du roman en une soirée, mais la fin m’a déçue, compte tenu du récit, qui était prometteur.

Anne Fine aborde la folie, avec le point de vue de Daniel, qui est jeune, c’est intéressant.  N’ayant pas vécu en société, son point de vue est  neutre, sans préjugé d’une certaine façon, mais il est aussi manipulable. La littérature aussi est présente par Daniel, qui a longtemps vécu par les livres, ils lui ont donné une vie que sa mère lui refusait. Le vaudou et la magie y tienne une place importante, on ne sait jamais si magie il y a ou non, jusqu’à la fin (ou presque).

Les Plus :

  • L’ambiance
  • L’intrigue
  • Les personnages (Daniel, Jack)

Les Moins :

  • La fin (trop explicative)
  • Trop d’indices

Note : etoile etoile etoile etoile coups-coeur-etoile-icone-9451-96

Pour finir, j’ai beaucoup aimé ce roman, l’intrigue est bonne, les personnages attachant, ce livre m’a donné envie d’en découvrir d’autre d’Anne Fine.

Lien Amazon (cliquez sur l’image) :

 

Petit marque page réalisé par mes soins 🙂 :

FullSizeRender

Citations :

 

« J’ai toujours eu une drôle de vie. Depuis le tout début. Moi, je ne la trouvais pas bizarre, bien sûr. Je suis convaincu que chaque individu, sur cette terre, est persuadé de mener une vie normale et croit que c’est celle des autres qui ne l’est pas. » Le Passage du Diable.

 

« Les passages du diable sont les chemins les plus ordinaires. Croyez-moi. Et le mal n’a pas toujours les traits de la laideur. On ne saurait lire, sur le visage d’un homme, la couleur de son âme. Mais rassurez-vous, poursuivit-il en levant les bras, il existe un moyen de s’en défendre, un seul. Car le diable ne peut arriver a ses fins sans votre aide. Il ne triomphe que si vous lui ouvrez la porte. » Le Passage du Diable.

 

« C’est ta façon de vivre qui fait de toi ce que tu es. » Le Passage du Diable.

Publicités