Pour cette seconde partie, nous allons évoquez le protagoniste et son cher ami, l’antagoniste, ainsi qu’une fiche personnage plus adaptée à une novela ou à un one-shot.  Première partie ici.carnet

  • Le protagoniste (Ou le seul personnage dont tu ne peux pas te passer)

Protagoniste viens du grec prôtagônistês, qui combat au premier rang.
« C’est le personnage important d’une pièce de théâtre, d’un film, d’un roman. »Merci le Larousse, mais ça ne nous aide pas des masses. Pour résumer : c’est votre personnage principal, celui que l’on va suivre tout au long de votre nouvelle/novela/roman/etc. Mais encore ?

On retrouver différent schéma héroïque. Le héros peut autant être un héros solitaire, vivant en marge de la société, qu’un héros vivant en société. L’un se retrouvera forcé au contact d’une société/tribut/clan/civilisation, et l’autre se retrouvera en général séparé de cette société durant son aventure. Chacun des deux personnages apprendra des choses sur eux, leurs sociétés, etc. À la fin, ils pourront rejoindre leur situation initiale (en collectivité, ou non) ou décider de changer de vie en choisissant l’autre option.
Exemple :

Cendrillon, qui isolé de la communauté par statue de servant, grâce au bal, retrouve cette communauté et y reste. Ainsi que Raiponce, dans sa tour ; qui passe d’isolement à communauté.

Pour créer un bon protagoniste, il faut se poser des questions sur lui, et surtout ne rien oublier, notre personnage doit prendre vie, il doit donc être le plus complet possible. C’est-à-dire :

→ À quoi il/elle ressemble ? Comment il/elle bouge ? Comment il/elle parle ? Il/elle a-t-il/elle des traits spéciaux ?

→ D’où vient il/elle ? Quel milieu ? Comment et où il/elle est né(e) ? A-t-il/elle eu une éducation ? Si oui laquelle ? Quel niveau d’étude ? At-il/elle vécut à la ville ? La campagne ? Autre ?

→ Quels sont ses passe-temps ? A-t-il/elle un travail ? Si oui lequel ? Quelles aptitudes à-il/elle besoin pour son travail (est-ce que cela va influencer histoire ?) A-t-il/elle une famille ? Parents/Femme/Homme/Enfants/Chien/Chat/Crapaud/Griffon/autre.

→ Où vit il/elle ? (Est-ce que cela inclut dans l’intrigue ?) Comment vie-t-il/elle ?

Bref, cela vous donne un aperçu. Outre ceci, il ne faut pas oublier que votre protagoniste ne doit pas non plus être la girouette de service. Je m’explique, votre héros/héroïne/troll ou autre alien doit agir en fonction de sa personnalité, et de son histoire.
Exemple :

Si Marion, fille égocentrique et égoïste se met, d’un coup et sans intervention, à aider les pauvres, bah, il y a baleine sous gravier. Si son comportement changer, cela doit être dû à quelque chose et non au Saint-Esprit.

Ensuite, il faut savoir qu’un héros parfait, comme je l’ai déjà dit : de un ne fait pas vrais, de deux, de permet pas d’être très proche du lecteur, et de trois risques d’exaspérer. (Autant le grand méchant style Sauron/Palpatine et cie auront une chance de passer, autant le héros ou l’héroïne pur(e), douce sans défaut, etc, moins).283670_O1C2VJKARQPTATYPWAS3HTO3TX3S3A_dessin_ange_H141642_L

Le fait que votre héros ait des faiblesses, comme nous tous, le rendra plus vrai. Et si par hasard vous avez un peu de mal à en trouver, dit vous que toute qualité est – plus ou moins – lié à un défaut.
Exemple :

Loyal → Confiant Crédule. Quelqu’un de loyal sera confiant envers ses alliés, mais aura aussi tendant à être crédule.
Ou encore, Positif Tend vers le meilleur Naïf. De même que pour loyal, quelqu’un de positif cherchera toujours le meilleur dans les personnes et les situations, mais il aura tendance à être naïf.

Mais attention à ne pas utiliser que cette méthode ou les défauts de type : trop gentil, et cie, car ils restent un moyen de facilité, et ne sont pas non plus de vrais défauts.Le but des défauts est de permettre à votre protagoniste de passer du statut de personnage à personne.

  • L’anti-héros:

Je vais un petit détour par l’anti-héros. (Car j’aime beaucoup les anti-héros hi hi !)

On peut trouver différents types d’anti-héros :John-Constantine-constantine-nbc-37914470-1024-682
–Il peut être un personnage sans qualité, négatif, le tout suivi – en général – de cynisme, d’asociabilité et d’autre joyeuseté. Mais pas forcément avec un but mauvais.
–Il peut aussi être un héros décevant, qui ne fait pas usage de ces capacités, ou pas pour de bonne chose.
–Il peut aussi être un personnage ordinaire, qui n’est pas spécialement fait pour une aventure.

Bref, c’est tout ce qui n’est pas un héros en bonne et due forme. On en retrouve à la pelle dans la littérature, le cinéma et les séries.
J’aime beaucoup, dans ce genre, John Constantine, joue par Matt Ryan de la série éponyme ou Murphy dans Z–Nation : c’est-à-dire, pour Constantine, cynique, sombre, et avec des vices, le tout avec humour, près au pire pour aider les gens, et pour Murphy – Keith Allan -, un personnage sans bonne valeur, avec pas mal de vices, et qui pourtant à plus ou moins un but positif.
L’anti-héros peut être un personnage très intéressant à développer et amusant, de plus, il marquera souvent bien les esprits.

  • L’antagoniste (Ou le gros méchant pas beau)

Comme pour le protagoniste, commençons par une définition :
L’antagoniste vient du latin antagonista : adversaire, opposant. Selon le Larousse, antagoniste : « Se dit de personnes qui s’opposent dans une lutte idéologique, dans un conflit. ». 561px-Villainc.svg

Pour une fois le Larousse aide un peu, l’antagoniste n’est pas forcément le grosméchantpasbeauquitutoutlemondesansraison. C’est avant tout quelqu’un qui s’oppose au héros pour une raison ou une autre, ses raisons ne sont pas forcément diaboliques.

Il faut donc se poser la question de sa motivation : il ne va pas décider de détruire la terre parce qu’il est grognon aujourd’hui, ce n’est pas crédible. De plus il ne va pas tuer tous ses soldats, car ils ont loupé une mission (du moins, pas tout le temps), parce que s’il n’est pas bête, il sait qu’il n’en a pas à l’infini.

De plus, le méchant n’est pas obligé d’être l’incarnation physique du mal, de s’habiller en noir et de faire périr toutes les fleurs sur son passage (sauf si c’est nécessaire à l’intrigue), les meurtriers ne portent pas forcément leurs crimes sur eux.
L’antagoniste n’est donc pas obligatoirement le mal incarné, il peut même être proche ou ressemblant d’une manière ou d’une autre au protagoniste.

  • Fiche personnage d’un roman/ une novela

Alors, je ne vais pas copier une fiche exemple dans cet article, car il déjà est un poil long et la fiche encore plus. Je vais me contenter de donner des informations/commentaire, la fiche est téléchargeable en bas, ou dans la section téléchargement, dans l’onglet écriture.
Personnellement, j’imprime mes fiches personnage sur des feuilles de couleur pour les retrouver facilement avec mes autres papiers (synopsis, etc..).
Cette fiche est plus longue bien sûr, elle sert à donne plus de vie à votre personnage en lui inventant des gouts : musique, des expressions favorites, des hobbies, mais aussi en réfléchissant sur sa démarche, son histoire son rôle, et son évolution dans le roman.

machine a écrire

Voilà, cet article étant particulièrement long, je ne vais pas vous en dire plus et vous laisser découvrir la fiche.
Si vous avez des questions/remarques/suggestions, n’hésitez pas !

 ⇒  Fiches Personnage Roman Vierge

sorcière
Eyleen Ryden.

P. S : Vous pouvez partager cette fiche, mais veuillez m’en informer/me le demander au préalable et me citer, j’y passe du temps. Merci ! 🙂

Publicités