290px-KorriganCe lundi, c’est des korrigans dont nous allons parler. « Korr » / « Korig » signifie nain en breton, ce nain ne fait pas partit des créatures les plus serviables, comme nous allons le voir.

Les Korrigans – Bretagne

Ce nain/gnome, selon les sources, aime à détrousser les passants, ils gardent ses trésors sous un gros rocher, qui ne s’ouvre que si on le frappe avec une vieille clef rouillée. C’est une créature particulièrement malhonnête, qui se complait à faire le mal.

Les korrigans sont des nains très velus, ils possèdent une grosse tête, avec des deux cornes. Leurs yeux noirs virent parfois au rouge, leurs mains se terminent par des griffes, et leurs pieds par des pattes de bouc. Les mâles aiment à porter un chapeau à ruban de velours et les femmes un bonnet violet. Ils portent sur leur ceinture, une corne, une bourse et un sac contenant des poils et du crin, qu’ils gardent précieusement. En effet ces poils se transforment en rivière de pierres précieuses. Ils peuvent aussi prendre tous les apparence qu’ils désirent, dont celle d’un être humain pour nous berner.

korrigan_9Ils possèdent une grande force, ils auraient même introduit les dolmens en Bretagne en les portants sur leur dos. Les korrigans ont souvent un don de prophétie, ils s’en servent pour trouver des trésors enfouis. Ils aiment jouer des tours, comme détacher le bétail, coudre les dormeurs à leur lit, ou encore faire flétrir les récoltes et provoquer des tornades.

Autrefois, les korrigans étaient bienveillants envers les hommes et aidaient ceux-ci, mais devant l’ingratitude de ces derniers, ils se sont mis à leurs jouer des tours. Même s’ils sont susceptibles, ils leurs arrivent encore d’aider les humains dans leurs taches ménagères, pour cela, il suffit de leur laisser des offrandes et une pierre plate près de l’âtre, mais si on manque à cela, gare à leurs mauvais tours ! Sinon, ils vivent le plus souvent dans un rocher, sous les dolmens/menhirs

On distingue divers clans de korrigans : les kornikareds qui vivent en forêt et contrôlent le climat, les poulpiquets, dont je vais parler plus longuement, qui vivent dans les marécages et aiment à effrayer les voyageurs et les korrils célèbrent pour leur danse.
Les poulpiquets vivent dans les mares et bourbiers, ils aiment effrayer les voyageurs ou jouer des tours aux bergers cherchant leurs brebis, en faisant sonner une clochette invisible. Ils sont souvent vêtus de vert.

Les korrils aiment danser les nuits de plaines lunes, si un humain s’en approche, il est entrainé dans la danse, jusqu’à ce que mort s’en suivent.
Pour lutter contre ses créatures, il est recommandé d’avoir sur soir une feuille de verveine, des objets sacrés, ou, durant la danse de placer ses chaussures de sort à pouvoir les chausser en même temps à la fin du premier tour de danse, ou de planter un bâton afin de le saisir.

Apparition :

Livre :

  • Pierre Dubois, La grande encyclopédie des lutins, Hoëbeke,‎ 1992
  • korrigan-Nicolas-Le-CorreRun Futthark, Le monde étrange des fées, elfes, lutins, korrigans, gnomes et autres personnages, De Vecchi,‎ 2003.
  • Philippe Le Stum, Fées, Korrigans & autres créatures fantastiques de Bretagne, Ouest-France, Rennes, 2003.
  • Édouard Brasey, La PetiteEncyclopédie du merveilleux, Éditions Le Pré aux clercs, 2008.
  • Pascal Jézéquel, Les korrigans ou les petits contes secrets de la Lande, Au Bord des continents,‎ 1999.
  • Dominique Besançon et Sylvie Ferdinand, Gnomes, Lutins, Korrigans, farfadets, trolls et autres génies du monde, Terre de Brume,‎ 2003
  • Dominique Besançon, Petites Histoires de… Lutins et korrigans, Terre de Brume,‎ 2007
  • Anne Martineau, « La grande tribu des lutins », dans Le nain et le chevalier: Essai sur les nains français du moyen âge, Presses Paris Sorbonne, coll. « Traditions et croyances »,‎ 2003.
  • Joseph Rio, « Du korrigan à la fée celtique », dans Littératures de Bretagne : mélanges offerts à Yann-Ber Piriou, Presses Universitaires de Rennes,‎ 2006

 

Pour cet article, j’ai principalement utilisé:
• Wikipédia:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Korrigan (Apparitions)
• Livre :

Édouard Brasey, La Grande Encyclopédie du Merveilleux, Le Prée Aux Clercs, 2012

Ivan Bagy, Le grand livre des créatures fantastiques, City Edition, 2010

Et vous ? Connaissiez-vous les korrigans ? Si où d’où ?
En espérant que cet article vous aura plu !
Eyleen Ryden.

sorcière

Publicités