• Titre : Palimpsestes Tome 1 : Impressionnismepalimpsestes-tome-1
  • Auteur : Emmanuelle Nuncq
  • Illustratrice : Gilles Grimoin
  • Éditeur : Édition du Chat Noir, collection Black Steam
  • Page : 271
  • Parution: 10 Fevrier 2016

Je tiens à remercier les Éditions du Chat Noir pour leur confiance. Ce roman steampunk a été un vrai plaisir pour moi. La couverture magnifique (comme la plupart des romans cette maison d’édition) me donnait très envie !

Paris, 1894

C’est l’effervescence au Louvre : le musée accueille la Pythie, une statue ramenée d’un site archéologique de Delphes. Alors que tous les yeux des visiteurs sont rivés sur la nouvelle œuvre, ceux de Samuel, un jeune gardien, se posent sur Clara, une étudiante en Arts, habituée des salles. Mais depuis l’inauguration de l’exposition, d’étranges événements forcent la rencontre de ces deux jeunes gens, nouvellement associés pour comprendre ce qu’il se trame dans les couloirs du Louvre et empêcher que Paris ne sombre, ensevelie sous les couches du Temps et de l’Histoire.

Le résumé était assez obscur et je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Samuel est un jeune homme discret, voire timide, intelligent et très attentionné, il est attachant, même si on voudrait parfois qu’il prenne plus sa vie en mains.

Clara est une étudiante en peinture, sûre d’elle, rebelle et légèrement féministe sur les bords. Emmanuelle met en scène une femme qui veut se faire une place dans une société d’hommes, sans tomber dans les clichés. Elle prend les devants, notamment avec Samuel, ce qui change vraiment d’un roman traditionnel où la romance est menée par l’homme, et la femme n’est qu’une poupée de chiffon qui ne s’intéresse qu’à son paraitre. Par ailleurs, la romance est joliment gérée, l’auteur ne tombe pas dans des clichés, ou du sur-joué, elle s’intègre à l’histoire sans prendre le pas sur l’intrigue principale. Bref, ce personnage m’a charmé d’un bout à l’autre du récit, elle est assez mystérieuse, on a vraiment envie d’en savoir plus sur elle.

Le roman se déroule fin XIXe, et de nombreuse références historiques sont glissées dans le l’histoire, j’ai trouvé cela très original, puisque le récit joue beaucoup dessus, autant que sur les références artistiques, que sur l’histoire du Louvre et de ses résidents.

L’intrigue quant à elle est plutôt bien menée, originale, mais l’auteur donne trop d’indices, si bien qu’on devine vite ce qu’il le passe, dans le premier tiers du roman. Le roman se clôt de façon un peu brusque à mon gout, un peu sur un deus ex machina, assez inattendu, certes, mais un peu trop facile pour un roman qui avait été original d’un bout à l’autre… Cependant, ces petits défauts sont comblés par la jolie plume d’Emmanuelle Nuncq.

Note : etoile etoile etoile etoile coups-coeur-etoile-icone-9451-96

Mon marque-page :

FullSizeRender

Les plus :

  • La plume de l’auteur
  • Le côté féministe du livre, sans trop en faire
  • Une histoire d’amour discrète et simple
  • Les références historiques et culturelles
  • L’originalité
  • Des personnages attachants

Le moins :

  • Trop d’indices sur ce qu’il se passe
  • Une fin trop rapide et simple

Pour conclure, ce premier tome m’a charmé, vraiment. J’ai hâte de voir ce que l’auteur nous réserve, puisque la fin ne nous donne pas d’indice. Ce roman est une très belle lecture, que je conseille fortement, l’auteur fait la part des choses et réussit à abordé des thèmes précis comme la place de la femme au XIXe siècle sans tombé dans les clichés et avec des références culturelles et historiques impressionnantes !

Je remercie encore les Éditions du Chat Noir pour ce très bon (& beau) roman !

Lien Amazon (cliquez sur l’image) :

Citations :

« Samuel était amoureux et il se rendit compte que c’était en réalité la première fois de sa vie. Les Femmes qui étaient passées auparavant sur son chemin ne l’avaient jamais bouleversé à ce point. « Palimpsestes, Tome 1 : Impressionisme.

« Elle lui serra la main très fort, tout en continuant à regarder le ciel qui s’assombrissait d’un coup et se mit à déverser une pluie drue et violente. Un instant, son éternel bon naturel faillit.  » Palimpsestes, Tome 1 : Impressionisme.

« Ils assistèrent à cent mariages, cent naissances, cent enterrements, les cloches des églises sonnèrent toute la journée et les étourdirent. » Palimpsestes, Tome 1 : Impressionisme.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner ou à me rejoindre sur Facebook !

À bientôt !

Eyleen Ryden.

sorcière

Publicités