Je n’ai pas fait d’arrivée livresque depuis Juillet … Entre le déménagement et la rentré, je n’ai pas eu trop trop de temps, pourtant, j’ai ai acheter des livre, ça oui !

Cette Arrivée Livresque sera surtout centré sur les livres de cour, il faut bien ! Mais on me dit dans l’oreillette qu’une autre fournée de roman arrive et cette fois, pas pour la fac. :p

Cette première partie regroupe mes achats personnels et lectures VO.

Commençons pas les seuls livres qui ne sont pas pour mes études…

img_0288

  • Alain Leclercq & Gérard De Rubbel – Curieuse histoire des Naufrages, Edition Jourdan :

« La mer peut être une amie fidèle, douce et apaisante, mais aussi une ennemie implacable et sans pitié.

Ces témoignages racontent des tragédies et des drames qui confinent parfois à l’horreur pure et simple.

Cet ouvrage convie le lecteur à un grand voyage qui l’entraînera aux quatre coins du monde : de l’Arctique à la Nouvelle-Hollande, des côtes de Bretagne à l’Asie, sans oublier un détour par l’Afrique.

C’est aussi un parcours à travers l’Histoire, truffé d’anecdotes, de l’Égypte ancienne, jusqu’aux pétroliers contemporains.

Depuis les naufrages légendaires de Sinbad le Marin ou de Paul et Virginie, jusqu’au plus connu d’entre eux, le Titanic, nous passerons aussi en revue des naufrages inconnus, mais spectaculaires, comme ceux de la flotte de Xerxès ou du roi Henri Ier, qui perd ses trois enfants.

Le récit des premiers naufrages en Antarctique ou encore celui des grandes catastrophes actuelles vous emportera, au gré du vent, sur les cinq océans. »

J’aime les pirates, j’aime la mer, et j’aime les … Euh, non, disons que je trouve les histoires de naufrages passionnantes. J’ai eu la chance de gagner ce roman lors d’un concours et j’espère vite trouver le temps pour le lire !

  • Derek Landy – Skulguggery PleasantHaperClollins Publichers :

«Meet the great Skulduggery Pleasant: wise-cracking detective, powerful magician, master of dirty tricks and burglary (in the name of the greater good, of course). Oh yeah. And dead. »

En français :
« Faites la connaissance de Skully Fourbery : détective sarcastique, magicien puissant et champion des coups fourrés. Ah ! et puis c’est un squelette. »

Une lecture en VO. J’ai décidé de commencer les lectures en anglais avec un livre que j’ai déjà lu, mais que j’adore. Le roman est relativement facile à lire pour débuter.

img_0290

  • Ann Radcliff  – The Mysteries of Udolpho :

Lecture recommander pour mon cours d’anglais. Étant donné que j’aime plutôt bien la littérature gothique, je devrais aimer cette lecture en VO, que je n’espère pas trop laborieuse.

  •  Marrhew Lewis – The Monk, Penguin Classics Publishing :

Aussi en VO et aussi pour mon cours d’anglais. J’en avais déjà entendu parle avant, c’est un des premiers romans gothiques.

  • William Wordworth & Samuel Taylor Coleridge – Lyrical Ballads, Penguin Classics Publishing:

Toujours de la VO, mais cette fois-ci, des poèmes, et pour l’avoir feuilleté… eh bien disons que ce ne sera pas la lecture la plus facile du monde.

  • Wilfie Collins – The woman un White,  Penguin Classics Publishing:

Tours en VO, toujours pour mon cours de littérature anglaise. ^^

Côté littérature française. Je ne mets pas les résumés, la plupart étant très connus.

  • Balzac – Le père Goriot, Édition Le Livre de Poche :

Ce livre était initialement pour mon cours de littérature moderne, mais mon prof’ ayant changé son programme en cours d’année (ou n’ayant pas vraiment de programme), je ne vais peut-être pas l’étudier. Et, honnêtement, si je n’ai pas à la lire pour les cours, je ne le lirais probablement pas. Je n’aime pas vraiment Balzac…

Édit : Bon, je dois le lire ainsi que le Lys dans la vallée

  •  Baudelaire – Les Fleurs du Mal, Edition Flammarion :

Toujours pour mon cours de littérature moderne. ^^ Plus sympa, celui-là.

  •  Chateaubriand – Mémoire d’outre-tombe, Edition Le Livre de Poche :

Cet achat était initialement personnel, j’avais envie de lire Chateaubriand (car, oui, ça arrive) puis mon prof de littérature moderne, l’a inclus dans son cours. Raison de plus pour le lire !

  •  Gustave Flaubert – L’éducation sentimentale, Editions Pocket :

Toujours pour mon cours de littérature moderne, oui la liste est longue… Sans compter que mon prof la change toute les deux semaines,  quand on a dépensé 100 euros à tout acheter

  •  Stendhal – La chartreuse de Parme, Édition Le Livre de Poche :

Toujours pour le même cours…

  •  Victoire Hugo – Les contemplations, Editions Flammarion :

Le dernier pour la littérature moderne. Promis.

Ensuite, ensuite …

  •  Albert Camu – Noces, suivi de L’été, Éditions Folio :

Pour mon cours de grammaire, cette fois. Je ne connaissais pas cette œuvre de Camus, même si j’aime en général bien ce qu’il fait !

  •  Chrétien de Troyes – romans, Editions Le livre de Poche, collection la Pochothèque

J’adore la littérature médiévale, alors toute les œuvres de cet auteur à lire ? Un vrai plaisir !

Quant à l’édition !

img_0301

  •  R. Alberto, F Combes, J. Faucilhon … – Le livre : que faire ? La fabrique Editions 

« Au chevet du Livre, on trouve rassemblés toutes sortes de consultants, institutionnels, ministériels et corporatistes. Les enquêtes, colloques et rapports se suivent et se ressemblent : un flot de sollicitude tiède destiné à masquer l’indifférence envers le sort du livre indépendant. Le livre : que faire est un ouvrage collectif écrit par des praticiens. Éditeurs, libraires, diffuseurs ou bibliothécaires, ils sont, comme on dit, dans le même bateau, menacé de collision par le gigantesque paquebot du livre industriel. En s’appuyant sur leur travail de chaque jour, ils montrent ce qui est dès maintenant possible : trouver des modes d’édition sans recourir à des financiers, modifier le droit d’auteur dans le sens du bien commun, redresser les errements de l’aide publique, pousser les bibliothèques à aider les librairies de quartier, éviter la diffusion massive et aveugle, faire de la librairie un lieu de découverte permanente, éviter que les nouvelles technologies ne transforment le monde du livre en un ensemble d’ingénieurs informaticiens et de manutentionnaires. C’est qu’après tant de larmes, le moment est venu de l’optimisme de la volonté.Un livre pour mon cours de socio-économique. »

  •  A. Schiffrin – Le contrôle de la Parole, La fabrique Editions 

« Après cinq ans, l’éditeur new-yorkais retrace les étapes et les conséquences des changements intervenus dans l’édition française, la presse et les autres médias : l’affaire Vivendi-Wendel, le rachat du Seuil par La Martinière, le rachat de la Socpresse par Dassault… En France, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, la concentration est à l’oeuvre, dans un seul but de rentabilité. »

Aussi sur l’édition.

  •  A. Schiffrin – L’édition sans éditeur, La fabrique Editions 

« Ce livre raconte l’itinéraire d’un homme et l’histoire d’une maison d’édition. La maison, c’est Panthéon Books, fondée en 1941 à New York par des émigrés (dont Jacques Schiffrin, le fondateur de La Pléiade). L’homme, c’est André Schiffrin, qui va faire de Panthéon l’une des plus prestigieuses maisons d’édition américaines, publiant entre autres Foucault, Sartre, Chomsky, Medvedev… Comment il résiste quand Panthéon est racheté par Random House, comment il démissionne avec toute son équipe quand à son tour Random House est rachetée par le tycoon Newhouse, comment il parvient à faire prospérer The New Press, une nouvelle maison à but non lucratif, telle est sa passionnante aventure. A l’heure de la concentration massive de l’édition mondiale (en particulier en France où deux grands groupes publient les deux tiers des livres), L’édition sans éditeurs est un ouvrage révélateur et salutaire, indispensable pour ceux qui considèrent le livre comme autre chose qu’un  » produit  » et souhaitent le maintien d’une édition et d’une librairie indépendantes. Encore pour mes étude sur l’édition. »

  •  Jean–Yves Mollier – Une autre histoire de l’édition française, La fabrique Editions 

« Depuis la publication en 1982-1986 d’une imposante Histoire de l’édition française en quatre gros volumes, de multiples travaux ont vu le jour qui modifient singulièrement les perspectives développées voici plus de trente ans par les pionniers de cette histoire. Jean-Yves Mollier, historien du livre, de l’édition et de la lecture, en France et dans le monde, propose ici de revisiter ce chantier en insistant sur ce que signifie l’acte d’éditer. En promenant le lecteur du XIIIe siècle à nos jours, en lui faisant sentir le grain du manuscrit calligraphié sur parchemin puis l’odeur de l’encre qui sort des imprimeries, il pose la question d’une survie de l’édition à l’époque de la lecture sur écran. Sans rien négliger des apports de l’histoire économique, car le livre est aussi une marchandise produite dans des conditions déterminées par l’état du marché, Jean-Yves Mollier s’intéresse à l’histoire politique comme à l’histoire religieuse, à ce ferment que constitue le livre quand il est brandi comme une arme destinée à changer le monde. Replaçant l’histoire littéraire à sa juste place mais sans négliger l’édition scolaire, juridique, scientifique, militante, édifiante ou de jeunesse, il situe son point de vue dans une perspective d’histoire culturelle, privilégiant les représentations des lecteurs et leur imaginaire. Conçu comme un livre de poche, découpé en une quinzaine de chapitres courts (vingt pages), cet essai est à la fois une synthèse qui rend compte de la diversité des recherches menées en France et à l’étranger et un essai très personnel qui résume trente ans de travaux consacrés au monde du livre. De L’Argent et les Lettres. Histoire du capitalisme d’édition en 1988, à Édition, presse et pouvoir en France au XXe siècle en 2008, ces deux livres ayant été traduits en plusieurs langues, Jean-Yves Mollier n’a cessé de s’interroger sur la spécificité du monde du livre et à ses acteurs. Auteur de biographies consacrées aux frères Michel et Calmann Lévy, à Louis Hachette et à Pierre Larousse, il a également »

Encore pour mon parcours métier du livre, plus épais que ces prédécesseurs. J’espère que ces lectures vont me plaire… Ça promet au moins d’être intéressant, et ils sont globalement assez courts.

Voilà, c’est tout pour cette Arrivée Livresque très scolaire ! Promis, la prochaine sera plus … sympathique.

 

See you, mes pirates !

Eyleen,

sorcière

Publicités