• Titre : Je suis un chatje-suis-un-chat-picquier
  • Auteur : Cobato Tirol (d’après de roman de Sôseki)
  • Illustrateur : Martin Berberian
  • Éditeur : Philippe Picquier éditions
  • Page : 208
  • Parution:  août 2016

« Le célèbre roman de Sôseki devient un manga. Célèbre et désopilant. Vue par l’oeil ironique d’un chat doté de remarquables talents d’observation et d’analyse, voici la vie d’un professeur d’anglais et de son entourage au début du vingtième siècle, lorsque le Japon est secoué par l’essor des valeurs mercantiles venues d’Occident. »

Je reviens encore vous parler d’un ouvrage des éditions Philippe Picquier. Et encore de chats, oui, j’adore les chats.
Premièrement je n’ai pas lu le roman de Sôseki, juste cette adaptation en manga, je ne vais donc pas m’amuser à comparer les deux. ^^

Pour en revenir à nos moutons, enfin à nos félins, plutôt… Je suis entrée dans ce roman avec plaisir, les dessins sont simples, mais efficaces. Encore une fois nous suivons un chat, mais ici, un chat sans nom.

Ce petit chat nous fait découvrir la vie au début du XXe siècle, chez un professeur d’anglais. Il nous parle aussi des autres félins des environs, le tout avec un petit air ironique.

J’ai plutôt aimé ma lecture, bien que je ne m’attendais pas vraiment à ce qu’elle prenne cette tournure. J’ai trouvé parfois notre narrateur trop « dur », et les personnages « humains » un peu caricaturaux…

Toutefois, ce manga reste une bonne lecture, on suis notre narrateur sans vraiment savoir où on va, ce qui n’est pas forcement une mauvaise chose.

La fin m’a paru un peu abrupte, bien que changeant de l’ordinaire, je trouve que l’on finit sur une touche un peut trop mélancolie, alors que le reste du manga reste relativement léger.

Bref, c’est une assez bonne lecture, qui toutefois me laisse sur ma faim.

Note :  etoile etoile 2etoile coups-coeur-etoile-icone-9451-96coups-coeur-etoile-icone-9451-96

Les plus :

  • Une histoire sympathique
  • Découvrir la japon de  du XXème siècle

Les moins :

  • Une fin abrupte, en décalage avec le ton du récit
  • Des remarques un peu trop brutales, voire désagréables

Pour conclure, ce roman est un bon divertissement, j’aime avoir un narrateur félin, même si j’ai parfois été déçue de la tournure que prenait l’histoire ou de certains passages…

Citations :

« Moi je suis un chat … Qui n’a pas encore de nom. Je n’ai aucune idée de l’endroit où je suis né … Je miaulais dans le noir … Quand pour la première fois, je vis un être humain. Celui-ci appartenait à l’espèce des « étudiants ». »

« Ce qui est formidable … C’est qui suffit de coller aux basques de mon maître … Et même un chat comme moi vit toute sorte d’expériences étonnantes en un rien de temps ! »

Et vous, que lisez-vous ??

Eyleen

sorcière

Publicités