Ou 12, 13, 14 …

coffee-1128140_960_720.jpg

Quand je me balade sur différents sites d’écriture, ou ailleurs même, il m’arrive souvent de voir de jeunes apprentis auteurs demander innocemment conseils. Des jeunes de onze, douze, treize … ans qui écrivent, demandent des avis et rêvent comme beaucoup de, pourquoi pas, se faire publier. Malheureusement la plupart des réponses de leurs aînés se bornent à : « retourne à l’école », ou autres joyeusetés du genre rabaissant le jeune apprenti.

Réaction d’Eyleen : @#?!à@é§ !

Plus sérieusement, de un :

La plupart de ces personnes sont des adultes, qui potentiellement écrivent (dans le cas contraire, je ne vois même pas en quoi ils pourraient conseiller notre apprenti… Je veux dire, si je n’ai jamais fait de mécanique, je ne vais pas aller dire à mon frère : « non mais fait pas ça. Tu es nul. Etc».)

Bref, ces adultes, souvent, s’attaquent à l’orthographe du jeune en premier. Ok. Bon déjà ils en font, tout le monde en fait de temps en temps. Le français est une belle langue mais aussi très complexe. (Or les fautes ça se corrigent, puis euh… excusez-moi mais un adulte qui rembarre un jeune qui aime écrire en faisant des fautes : c’est moyen.) Puis, notre apprenti écrivain est… bah, est un apprenti, dans tous les sens du terme. Je veux dire il est encore à l’école. Je trouve dommage de rabaisser quelqu’un pour cela, sans oublier que le meilleur moyen de ne plus (ou moins) en faire, bah c’est d’écrire. Et de se faire relire par quelqu’un qui vous expliquera (et non vous rabaissera). Et avouez-le : ce comportement n’est ni adulte, ni responsable et encore moins positif.

 « Nan mais de tout façon tu es trop jeune pour écrire/être publié etc… »

#@1à?)§?/ !!! bis

De deux : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. » (Pierre Corneille, Le Cid). Vous savez ce n’est pas censé être juste une jolie citation, hein… ^-^ Car, du plus loin que je me souvienne, beaucoup d’auteurs ont commencé jeune et certains très jeune, par exemple Rimbaud.

notes-2208049_960_720.jpg

« Oui mais… »

Non pas de mais.

Il n’y a pas d’âge pour écrire, cette idée qu’il faut être vieux et aigri pour ça est tout bonnement stupide. D’ailleurs, à ce sujet lisez Comme par magie d’Elizabeth Gilbert, j’aurais aimé le lire quand j’avais 10/12 ans. Ça m’aurait évité de perdre du temps à croire ce genre de discours.

Car oui, moi-même on m’a dit : « tu es trop jeune pour écrire ». J’écris depuis mes 8 ans, et vers 10/12 ans quand je commençais à m’y mettre sérieusement on m’a dit : « non, mais tu es trop jeune pour écrire. » Ah m*rde. Bon, bah on va attendre… Et j’ai attendu mes 15/16 ans avant d’envoyer tout le monde parce que f*ck, j’aime écrire, point. J’aime mes fées, mes dragons, mes licornes et tous mes héros de papiers.

Bref. j’ai écrit, écrit, écrit, sans écouter les gens. A 18 ans je bouclais mon premier roman, à 20 mon second. C’est bien, hein ? Non. Si je n‘avais pas écouté ces conseils idiots, j’aurais appris plus de choses. Et surtout j’aurais écrit, beaucoup plus, car pendant ces années je n’ai pas écrit, j’ai lu, et j’ai préparé mes romans : fiches personnages, créations du monde ect. Tout ça parce que trois adultes aigris (façon de parler) avec une vision archaïque de la créativité en avaient décidé ainsi.

Tout ça car j’ai cherché une « permission », mais comme le souligne Elizabeth :

« Tout cela revient donc à dire : « Vous n’avez besoin de la permission de personne pour mener une existence créative »

Sinon, si vous avez vraiment l’impression qu’il vous faut la permission – VOILÀ, je me sens de vous la donner.

Je viens de l’écrire au dos d’une vieille liste de course.

Considérez-vous comme pleinement accrédité. À présent, allez créer quelques choses. »

Je vous conseille vraiment ce livre, notamment ce passage sur la permission.

Parce que oui à 14 ans, ce n’est pas forcément aussi évident de comprendre ça. Mais, au final, la seule permission dont vous avez besoin c’est celle que vous vous donnez à créer quelque chose. Que ce soit bon ou mauvais. Au début c’est plus mauvais que bon, mais comme pour tout on s’améliore. En peinture, en cuisine, en musique et aussi en écriture.

books-2158737_960_720.jpg

Heureusement, pendant ce temps, d’autres n’en faisaient qu’à leur tête et grand bien leur fasse ! Car oui, si certains clamaient qu’à 15 ans on ne pouvait pas être publié, en voici quelques contre-exemples :

  • Valentine Watrelot-Mingoia : qui a publié un roman qu’elle a écrit à 13 ans. Oui. Son roman Nikita Ofgold est une série dont les premiers tomes sont en cours de publication. Je vous laisse son site, son Facebook et un petit lien vers ses romans.
  • Jessica Metsonn : a écrit un roman à 16 ans. Je vous laisse l’article (je ne prendrais même pas le temps de souligner le « ton » condescendant du journaliste) mais aussi son site et son livre.
  • Guillaume Bénech : non seulement écrivain mais aussi éditeur. Il a aussi lancé un magasin L’Petit Mardi. Et à 16 ans. Voilà. Comme quoi à 16 ans on peut en faire des choses ! Je vous laisse des articles ici et et sa page Facebook.
  • Charles-Antoine Cros : publié à 9 ans. De 2008 à 2013 il a publié 6 romans, remporté 3 prix littéraires et un de ses romans est préfacé par Maxime Chattam. Voilà, rien que ça. Je vous laisse quelques liens, ici et .
  • Marie-Jeanne Chauvet : éditée à 13 ans et qui a publié 2 romans. Je vous laisse un article ici, sa page Facebook et son site pour vous renseigner !

Et enfin, non des moindres …

  • Héloïse de Ré : publié à 14 ans. Sa saga Le Monde d’En Bas est en cours de parution les 3 premiers tomes sont disponibles. Romans dont j’ai lu le premier tome avec plaisir . Mais non contente de s’en tenir là, elle a écrit plusieurs autres textes, des collectifs etc… Bref, un jeune auteur que je vous souhaite de découvrir, je vous laisse son Facebook, son site et un petit article pour en savoir plus !

ent-2435541_960_720.jpg

« Oui, mais ce n’est pas la même qualité… C’est mauvais etc »

Je ne suis pas d’accord. Déjà pour avoir lu le premier tome du Monde d’En Bas d’Héloïse de Ré, honnêtement, elle écrit très bien et maitrise son histoire, avec une intrigue complexe et très riche. Sans compter que plusieurs de ces auteurs ont remporté des prix et sont reconnus.

Alors c’est clair que si vous préférez laisser vos enfants s’abrutir devant la TV sous prétexte qu’ils ne sont pas assez intelligents pour écrire (ou faire toutes autres activités constructives/créatives), soit. Bon je doute que soit le cas. ^-^ Puisque je vois beaucoup de parents s’émerveiller devant l’intelligence de leur rejeton. Bah oui, ils créent, comme nous tous. Avec une sensibilité bien à eux, et parfois des ratés, mais qui n’en fait pas ?

Notre société ne laisse plus de place, ni au génie, ni à la créativité (sauf dans le cadre scolaire…) c’est fort dommage de brimer les jeunes ainsi. De les relayer dans un coin car ils ne sont que des « gosses immatures » (et après se plaindre qu’ils agissent comme tels…)

Personnellement si j’ai la chance d’avoir un enfant/nièce/neveu qui écrit, je serais son supporter numéro 1. Car, la plupart des auteurs dont je vous ai parlé ont été publié car ils ont eu des personnes pour croire en eux.

fountain-pen-1854169_960_720.jpg

Au final, je me demande vraiment pourquoi les personnes qui briment ces apprentis auteurs le font. Parce qu’ils tentent d’écrire et n’y arrive pas ? Parce qu’eux ne sont pas publié ? Parce qu’ils n’aiment pas voir des jeunes publier ? … Je n’ai pas la réponse et honnêtement je m’en contre fiche.

Le fait est que personne ne devrait avoir à dire ça à quelqu’un. Créer est la plus belle chose du monde, et chercher à enfoncer une gamine parce qu’elle veut être publiée, c’est non seulement idiot mais aussi immature.

J’ai personnellement une mère qui malgré qu’elle n’aime pas lire me soutient, des amies formidables qui s’enquièrent de mes avancées et une beta-lectrice du tonnerre (n’est-ce pas ? ^-^).

Si par malheur ce n’est pas votre cas, je vous ne vous conseillerais que trop Cocy, un forum d’écriture sympa, accueillant, bref, un forum que j’aurai aimé connaitre plutôt. Vous y trouverez une communauté très positive qui s’entraide, bref, vraiment idéale si vous être un/e jeune autrice/eur qui cherche des conseils. Le site Mécanisme d’histoire est aussi vraiment sympa avec pleins de conseils intéressants et bien sûr Espaces Comprises.

Mais surtout, ne laissez personne, JAMAIS, vous dire ce que vous devez faire. Que ce soit en écriture ou dans le reste de votre vie. On a tendance à dire que les enfants et les ados sont trop jeunes pour prendre leurs décisions, or je pense que non. Alors si vous écrivez, écrivez, si vous peignez, peignez, si vous dansez, dansez.  Tant que vous vous faites plaisir. Et surtout croyez en vos ambitions.

Et par ailleurs si vous êtes un jeune écrivain (publié ou non), n’hésitez pas à me contacter, j’aimerai beaucoup écrire des petits articles/interviews sur les jeunes écrivains !

N’hésitez pas à réagir !

Eyleen

sorcière

 

Publicités