• 51G3EDHgzALTitre : Les Elus – Tome 1 : La prophétie d’Akus
  • Auteur : Egérie
  • Éditeur : Auto-édition
  • Pages : 266
  • Parution:  1 juin 2017

 

 

« José, Marie et Lucie ont 20 ans. Lors d’un été caniculaire, rien ne les avait préparé à ce qu’ils allaient vivre. Pris au piège d’une forêt étrange, ils vont y découvrir une maison abandonnée qui cache un grand secret.

Entraînés dans un autre monde par une relique magique, ils se retrouvent séparés. Dans leur quête pour se retrouver, ils apprendront que cette forêt, cette maison, cette relique ne les ont pas piégés au hasard. Une antique prophétie avait annoncé leur venue au temps d’un passé oublié.

Le puissant Mage noir Ramalack, oeuvre pour plonger le Troisième monde dans le chaos et les ténèbres en imposant sa domination. José, Marie et Lucie sont seuls à pouvoir sauver son étrange peuple de la magie du sorcier et de sa horde de créatures maléfiques. Mais avant de se retrouver, avant d’accomplir la prophétie, il leur faudra affronter nombre de périls et créatures mythiques. »

 

 

Nous suivons donc trois jeunes gens, les jumelles, Lucie et Marie et leur cousin José transportés dans un autre monde, après avoir découvert et brisé en trois une amulette où un destin particulier les attends. Séparer, ils vont découvrirent ce monde, le troisième continents et ses habitants, mais aussi faire face à de nombreux dangers.

Je vais commencer par le négatif, comme d’habitude avant de me pencher sur ce qui m’a plu.

J’ai eu un peu de mal à me plonger dans le roman, alors que le synopsis me tentait beaucoup. Ceci est dû à plusieurs raisons. Commençons par la forme : petit détail qui m’a un poil gêné ce sont les dialogues. En effet, ils sont tous en italiques. Ce petit détail m’a un peu dérangé au début. Ainsi que la ponctuation des dialogues exagérée : beaucoup trop de points d’exclamations et d’interrogations couplés. (Plus une déformation de cursus qu’une vraie gêne pour un lecteur lambda ^-^’).

Pour finir, le rythme au début du roman est assez saccadé, et je mis suis un peu perdue, certains passages étaient très décrits alors que d’autre non. Les héros eux le sont très peu, et j’aurais aimé en savoir un peu plus pour m’immerger.

Mais surtout, les trois héros qui son censé avoir vingt ans agissent plus comme des collégiens, et alors qu’ils sont supposés être proche, se disputent plus qu’autre chose, José se moque beaucoup de Lucie, par exemple. Heureusement, ceci ne dure pas, et l’auteur rattrape le coche.

Pour le reste du roman, je n’ai pas trop de points négatifs, hormis que les personnages « mentors » en disent parfois un peu trop, trop vite (Scatach, notamment).

Pour le resta je me suis beaucoup attachée aux personnages, surtout Marie et Lucie, et d’autres comme Scatach m’ont marqué. L’auteure maitrise agréablement bien ses nombreux personnages, et surtout sait les caractériser et leur donner une profondeur, notamment pour les personnages secondaires.

Les chapitre sont construits en alternance de points de vue des trois héros ce qui permet de mieux les connaitre petit à petit et donne un rythme soutenu et très construit au récit.

Parlons un peu du monde. Egérie développe un monde très clair, avec beaucoup de créatures fantastiques, rappelant à la fois Narnia, mais aussi beaucoup d’autres œuvres de mon enfance. Sans compter les références mythiques toujours agréable à rencontrer au détour d’une page. L’intrigue permet de découvrir le monde d’Egérie sans que cela ne paraisse forcée.

De plus, j’aime beaucoup l’idée du médaillon et la façon dont la prophétie se déroule. Petite note spéciale pour la Grand Cité et son fonctionnement très innovant dans un ouvrage de fantasy, mais aussi au souci du détail notamment avec les plantes guérisseuses détaillées, ainsi que le fonctionnement de la magie.

 

Note : etoile etoile etoile etoile coups-coeur-etoile-icone-9451-96

 

Les plus :

  • Un monde innovant
  • Une intrigue construite
  • Un rythme maitrisé
  • Un background complet
  • Le souci du détail

Les moins :

  • Un début difficile
  • Quelques incohérences

Plus généralement, si le début a été difficile, avec quelques incohérences, ceci a été globalement rectifier, et hormis quelques petites erreurs dans la forme, j’ai vraiment adoré cette lecture. A partir de la moitié, impossible de la lâcher sans savoir la suite !

Bref, je vous recommande cette lecture d’auto-édité, une fantasy avec un souci du détail et des personnages attachants. Je suis très heureuse d’avoir accepté ce premier SP via Simplement.

Et je vous laisse avec le lien amazon !

Citations :

« -Disons que là d’où je viens, on ne trouve pas de sorcier diabolique et tous ces êtres fantastiques qu’on peut rencontrer ici.

-Vraiment ? Votre monde doit être bien paisible alors !

– Pas vraiment. Il y existe d’autres dangers.

– Le mal est partout, que peut-on y faire ?

– Pas grand-chose et c’est bien ce qui me chagrine. »

« José considéra les bois, un instant. Aussitôt, la forêt réveilla en lui de bien désagréable souvenirs. Celle dans laquelle il n’aurait jamais dû mettre les pieds avec ses cousines se rappela à lui. Celle sans qui tous ces désagréments ne seraient restés que fictions.

Bien que pourvu de dons, la crainte de s’égarer persistait à le hanter.

D’autant plus en des lieux peuples de bien des entités autres que de simples animaux sauvages. »

« Marie connaissait déjà la route qui menait à la colline, mais elle serait longue avant de pouvoir l’entrevoir.

Chemin faisant, elle profita d l’excursion pour cueillir les plantes médicinales dont manquait Karla, la vieille guérisseuse. En bonne élue, elle n’oubliait aucun de ses devoirs ni promesses. La plaine se révélait être une véritable réserve naturelle, riche et abondante.

Marie y trouva toutes sortes de fleurs et de plantes. Elle se surprit à en reconnaître chacune d’elles, elle qui, pourtant, n’avait jamais porté grand intérêt à la phytothérapie »

Bonne lecture !

Eyleen,

sorcière

Publicités