Recherche

Eyleen Ryden

Books, Writing and more …

Catégorie

Techniques

De l’utilité d’un carnet de bord pour votre roman

… Ou classeur, grimoire, codex ou volumen … Ce que vous voulez !

notebook-1803664_960_720

Préparer un roman peut être – très – long. On peut aussi se lancer à l’aveuglette. Cela dépend de votre façon d’écrire. Dans les deux cas, il arrivera un moment, au bout de cent, deux cents pages ou… Je ne sais pas, vous aurez besoin d’être sûr que Jean-Eude soit bien allé au Kilimandjaro en août et non en septembre, ou encore que Marie-Jane est bien les cheveux noirs, et non oranges.

Bref, vous aurez besoin d’une information. Et farfouiller dans deux cent cinquante pages, eh bien, ça prend du temps, et on a pas forcément le temps. (Ou on a la flemme aussi… ^^)

Lire la suite

Publicités

Fiches Personnages 3/3

Pour clore cette série, nous allons parler de certains personnages secondaires ainsi qu’un peu de la fiche personnages dans le cas d’une série littéraire/saga. Commençons tout de suite !carnet

Les personnages Secondaire :

Les mentors :

Les mentors/vieux(vielles) sages sont des personnages supposés aider le héros ou l’héroïne, le/la conseiller. Ils peuvent être vieux ou jeunes, les enfants ont en effet une sorte de sagesse. On y retrouve, par exemple : Gandalf, Yoda, Obi–Wan, Dumbledore et cie.

Les mentors peuvent être des magiciens, inventeurs comme Doc, dans Retour Vers Le Futur. Ils enseignent souvent quelque chose au héros, ou lui offre des cadeaux magiques (qui doivent être mérités).

 Je vais vous parler de plusieurs types de mentors, mais retenez que ceci n’est pas une liste exhaustive, loin de là !

  • Le mentor héros déchu :

Ce mentor regroupe l’un ou plusieurs de ses critères :

– A été un héros autrefois et n’a pas fini sa quête, qui à échoué.

– Doit affronter une vielle blessure

Finir son cheminement.

Je n’ai pas trouvé des masses d’exemple, mais on peut prendre Obi–Wan, qui doit affronter Anakin, et qui a été un héro avant de se reclure, ainsi Gandalf qui deviens Gandalf le blanc et qui doit affronter Saroumane.

  • Le mentor comique :

Il est souvent du même sexe que le protagoniste, son ami(e), voisin, collège et cie ses conseils ne sont pas toujours les meilleurs.  Je n’ai pas trouvé d’exemple pour celui-ci, et vous ?

  • Le mentor chaman :Magicien

Ce mentor peut aider le héros par des visions, des guérisons etc.

Les autres personnages secondaires :

Toute fois ce ne sont que des exemples non exhaustif, et votre héros peut avoir plusieurs mentors (comme Hercule ) !

  •  Le Trickster :

Je voulais dire un mot sur ce type de personnage car il me plait beaucoup. Comme Ulysse, c’est un personnage rusé, dissimulateur, mais qui peut aussi être apparenté à un clown, un mauvais génie. Il entraine le changement ou montre le besoin de changement.

  • Les alliés :

Les alliés de doivent pas supplanter le/les héros, au risque que le lecteur se demande qui est le vrais personnage principal, mais ne doivent pas, comme les autres personnages secondaires, être trop plat ou limités à leur fonction.

Voilà, quant à la fiche personnage, elle est longue, vraiment, mais elle n’est faite que pour les personnages principaux, les autre personnages peuvent se contenter de la fiche pour nouvelle ou roman, selon leur importance. Elle est plutôt complète, et permet de vite voir si le personnage tiens la route ou non. ^^

machine a écrire

Voili–Voilou !

J’espère que cela vous aura plus ! La prochaine fois, nous évoquerons un autre sujet !

Fiche personage série et saga

Eyleen Ryden.

sorcière

Fiches personnages 2/3

Pour cette seconde partie, nous allons évoquez le protagoniste et son cher ami, l’antagoniste, ainsi qu’une fiche personnage plus adaptée à une novela ou à un one-shot.  Première partie ici.carnet

  • Le protagoniste (Ou le seul personnage dont tu ne peux pas te passer)

Protagoniste viens du grec prôtagônistês, qui combat au premier rang.
« C’est le personnage important d’une pièce de théâtre, d’un film, d’un roman. »Merci le Larousse, mais ça ne nous aide pas des masses. Pour résumer : c’est votre personnage principal, celui que l’on va suivre tout au long de votre nouvelle/novela/roman/etc. Mais encore ?

On retrouver différent schéma héroïque. Le héros peut autant être un héros solitaire, vivant en marge de la société, qu’un héros vivant en société. L’un se retrouvera forcé au contact d’une société/tribut/clan/civilisation, et l’autre se retrouvera en général séparé de cette société durant son aventure. Chacun des deux personnages apprendra des choses sur eux, leurs sociétés, etc. À la fin, ils pourront rejoindre leur situation initiale (en collectivité, ou non) ou décider de changer de vie en choisissant l’autre option.
Exemple :

Cendrillon, qui isolé de la communauté par statue de servant, grâce au bal, retrouve cette communauté et y reste. Ainsi que Raiponce, dans sa tour ; qui passe d’isolement à communauté.

Pour créer un bon protagoniste, il faut se poser des questions sur lui, et surtout ne rien oublier, notre personnage doit prendre vie, il doit donc être le plus complet possible. C’est-à-dire :

→ À quoi il/elle ressemble ? Comment il/elle bouge ? Comment il/elle parle ? Il/elle a-t-il/elle des traits spéciaux ?

→ D’où vient il/elle ? Quel milieu ? Comment et où il/elle est né(e) ? A-t-il/elle eu une éducation ? Si oui laquelle ? Quel niveau d’étude ? At-il/elle vécut à la ville ? La campagne ? Autre ?

→ Quels sont ses passe-temps ? A-t-il/elle un travail ? Si oui lequel ? Quelles aptitudes à-il/elle besoin pour son travail (est-ce que cela va influencer histoire ?) A-t-il/elle une famille ? Parents/Femme/Homme/Enfants/Chien/Chat/Crapaud/Griffon/autre.

→ Où vit il/elle ? (Est-ce que cela inclut dans l’intrigue ?) Comment vie-t-il/elle ?

Bref, cela vous donne un aperçu. Outre ceci, il ne faut pas oublier que votre protagoniste ne doit pas non plus être la girouette de service. Je m’explique, votre héros/héroïne/troll ou autre alien doit agir en fonction de sa personnalité, et de son histoire.
Exemple :

Si Marion, fille égocentrique et égoïste se met, d’un coup et sans intervention, à aider les pauvres, bah, il y a baleine sous gravier. Si son comportement changer, cela doit être dû à quelque chose et non au Saint-Esprit.

Ensuite, il faut savoir qu’un héros parfait, comme je l’ai déjà dit : de un ne fait pas vrais, de deux, de permet pas d’être très proche du lecteur, et de trois risques d’exaspérer. (Autant le grand méchant style Sauron/Palpatine et cie auront une chance de passer, autant le héros ou l’héroïne pur(e), douce sans défaut, etc, moins).283670_O1C2VJKARQPTATYPWAS3HTO3TX3S3A_dessin_ange_H141642_L

Le fait que votre héros ait des faiblesses, comme nous tous, le rendra plus vrai. Et si par hasard vous avez un peu de mal à en trouver, dit vous que toute qualité est – plus ou moins – lié à un défaut.
Exemple :

Loyal → Confiant Crédule. Quelqu’un de loyal sera confiant envers ses alliés, mais aura aussi tendant à être crédule.
Ou encore, Positif Tend vers le meilleur Naïf. De même que pour loyal, quelqu’un de positif cherchera toujours le meilleur dans les personnes et les situations, mais il aura tendance à être naïf.

Mais attention à ne pas utiliser que cette méthode ou les défauts de type : trop gentil, et cie, car ils restent un moyen de facilité, et ne sont pas non plus de vrais défauts.Le but des défauts est de permettre à votre protagoniste de passer du statut de personnage à personne.

  • L’anti-héros:

Je vais un petit détour par l’anti-héros. (Car j’aime beaucoup les anti-héros hi hi !)

On peut trouver différents types d’anti-héros :John-Constantine-constantine-nbc-37914470-1024-682
–Il peut être un personnage sans qualité, négatif, le tout suivi – en général – de cynisme, d’asociabilité et d’autre joyeuseté. Mais pas forcément avec un but mauvais.
–Il peut aussi être un héros décevant, qui ne fait pas usage de ces capacités, ou pas pour de bonne chose.
–Il peut aussi être un personnage ordinaire, qui n’est pas spécialement fait pour une aventure.

Bref, c’est tout ce qui n’est pas un héros en bonne et due forme. On en retrouve à la pelle dans la littérature, le cinéma et les séries.
J’aime beaucoup, dans ce genre, John Constantine, joue par Matt Ryan de la série éponyme ou Murphy dans Z–Nation : c’est-à-dire, pour Constantine, cynique, sombre, et avec des vices, le tout avec humour, près au pire pour aider les gens, et pour Murphy – Keith Allan -, un personnage sans bonne valeur, avec pas mal de vices, et qui pourtant à plus ou moins un but positif.
L’anti-héros peut être un personnage très intéressant à développer et amusant, de plus, il marquera souvent bien les esprits.

  • L’antagoniste (Ou le gros méchant pas beau)

Comme pour le protagoniste, commençons par une définition :
L’antagoniste vient du latin antagonista : adversaire, opposant. Selon le Larousse, antagoniste : « Se dit de personnes qui s’opposent dans une lutte idéologique, dans un conflit. ». 561px-Villainc.svg

Pour une fois le Larousse aide un peu, l’antagoniste n’est pas forcément le grosméchantpasbeauquitutoutlemondesansraison. C’est avant tout quelqu’un qui s’oppose au héros pour une raison ou une autre, ses raisons ne sont pas forcément diaboliques.

Il faut donc se poser la question de sa motivation : il ne va pas décider de détruire la terre parce qu’il est grognon aujourd’hui, ce n’est pas crédible. De plus il ne va pas tuer tous ses soldats, car ils ont loupé une mission (du moins, pas tout le temps), parce que s’il n’est pas bête, il sait qu’il n’en a pas à l’infini.

De plus, le méchant n’est pas obligé d’être l’incarnation physique du mal, de s’habiller en noir et de faire périr toutes les fleurs sur son passage (sauf si c’est nécessaire à l’intrigue), les meurtriers ne portent pas forcément leurs crimes sur eux.
L’antagoniste n’est donc pas obligatoirement le mal incarné, il peut même être proche ou ressemblant d’une manière ou d’une autre au protagoniste.

  • Fiche personnage d’un roman/ une novela

Alors, je ne vais pas copier une fiche exemple dans cet article, car il déjà est un poil long et la fiche encore plus. Je vais me contenter de donner des informations/commentaire, la fiche est téléchargeable en bas, ou dans la section téléchargement, dans l’onglet écriture.
Personnellement, j’imprime mes fiches personnage sur des feuilles de couleur pour les retrouver facilement avec mes autres papiers (synopsis, etc..).
Cette fiche est plus longue bien sûr, elle sert à donne plus de vie à votre personnage en lui inventant des gouts : musique, des expressions favorites, des hobbies, mais aussi en réfléchissant sur sa démarche, son histoire son rôle, et son évolution dans le roman.

machine a écrire

Voilà, cet article étant particulièrement long, je ne vais pas vous en dire plus et vous laisser découvrir la fiche.
Si vous avez des questions/remarques/suggestions, n’hésitez pas !

 ⇒  Fiches Personnage Roman Vierge

sorcière
Eyleen Ryden.

P. S : Vous pouvez partager cette fiche, mais veuillez m’en informer/me le demander au préalable et me citer, j’y passe du temps. Merci ! 🙂

Fiches personnages 1/3

De l’utilité de la fiche personnage :

carnet

La fiche personnage est très utile, que l’on écrit une nouvelle,un roman ou une série littéraire. Elle permet de ne pas oublier des détails, et de ne pas se retrouver dans des situations tel que :

Jean–Jacques a dit page 14 qu’il n’aimait pas le chocolat noir et en dévore une tablette page 120.

Ou encore : Page 20 Hélène était brune et par magie page 90 elle est blonde. ( Sans être passé par la case coiffeur, bien sur)

Ou que sa petite robe noir se transforme en ensemble militaire, sans prévenir.

Elle permet aussi de mieux bâtir nos personnages, psychologiquement, et de les faire agir par rapport à leurs caractères, et/ou leurs environnements.

C’est-à-dire : Juliette a horreur des conflits, et est un personnage assez fragile. Elle ne va donc pas assommer ou se battre avec quelqu’un, sauf si elle y est forcée. Et encore, elle n’aura aucune chance…

Ou encore : Erlynn est issue d’un monde parallèle, encore ancré dans une sorte de moyen âge. Elle ne sera donc pas à l’aise avec les voiture et les téléphones de notre monde.

Les prénoms :

Pour le choix des prénoms, attention, prenez bien en compte :

– Son environnement
– Son origine
– Son milieu social

Et tout autre élément pouvant avoir un impact dessus.
Prenons un exemple : Mr Martin et Mme Ginette, agriculteurs en 1950 ne vont pas avoir une fille qui s’appelle Erwin ou Ashiko (à moins qu’ils ne l’ai adopté, et encore…)

Par contre, si,  Hoshiko a des origines japonaises (parents, arrière–grand parents), c’est déjà plus crédible.

Pour trouver un prénom, plusieurs choix s’offre à vous : les dictionnaires de prénoms, les sites en ligne de prénom ou les générateurs de prénoms :

https://www.naissance.fr/prenoms/
http://www.infobebes.com/Prenoms
http://www.aufeminin.com/idees-prenom.html

http://generateur.toruswar.fr/
http://www.nomsdefantasy.com/
http://www.gunof.net/

Les clichés :

On peut facilement être tenté d’utilisé des clichés, mais, là encore, il faut faire attention. Votre héros ne doit pas être un héros parfait, sans faille, sinon :

– Il ne sera pas crédible

– Le lecteur ne se sentira pas proche de lui

– Il pourrait énerver/ennuyer votre lecteur

Et évitez les méchants démoniaques/cruels tout le temps, qui tuent tous leurs serviteurs dès qu’ils échouent, car :

– Un antagoniste méchant tout le temps, sans cœur etc… : pas très crédible, ni très intéressant

– Ses serviteurs finiront par se barrer – s’ils sont dotés d’un cerveau– (C’est qu’ils ne sont pas bête, les mecs, ils ont plus de chance de survivre loin de lui)

– Les serviteurs/alliés ne sont pas inépuisables : les tuer pendant une guerre/ un conflit, ce n’est pas un choix de stratège…

Donc, OK pour les clichés, mais attention au dosage, si vous ne voulez pas tomber dans le ridicule, ou vous retrouver avec une Mary–Sue/un Gary–Stue.

Les Mary–Sue /Gary Stue :

Le terme viens de Paula Smith, qui en 1973 s’en servit pour parodier certains personnages de fan fiction idéalisés à l’extrême.

Mais, comment reconnaitre une Mary–Sue/ Un Gary Stue ?fille

Mary Sue est parfaite physiquement : vêtements parfaitement assorties, un physique de rêve. A noter que son physique de femme (ou d’homme) parfait(e) est rappelé régulièrement dans le récit avec moult description, bien sûr.

Mary–Sue est super intelligente, elle sait tout et tout faire, et du premier coup, hein !

Mary–Sue a plein d’ennemis, le monde entier veut la tuer. Elle attire les problèmes, à se demander pourquoi elle est encore en vie et pourquoi les gens restent encore avec elle…

Mary–Sue attire les beaux–gosses en tout genre, oui, oui, soit on veut la tuer, soit on veut l’emmener au resto’. Pas d’autre choix.

Mary–Sue est souvent l’auteur/un personnage/un archétype (le plus souvent l’auteur) idéalisée : même âge, prénom similaire, mais en mieux !

Vous commencez à cerner ? Les Mary Sue sont rarement un personnage auquel on s’attache (sauf s’il est bien construit), car c’est souvent un personnage ennuyeux, trop parfait, qui arrive à tout faire et qui à un destin épique. Et même si elle meurt, car elle est dur a la tuer bien sûr, elle revient. Terminator peut aller se rhabiller.

L’antagoniste :
Ou le grand méchant pas beau.

L’antagoniste, est selon le Larousse : « une personnes qui s’oppose dans une lutte idéologique, dans un conflit. »
Donc ce n’est pas forcément un méchant–cruel–qui–tue–tout–ce–qui–bougent. L’antagoniste est avant tout un opposant. Le conflit de votre roman/nouvelle n’est pas obligatoirement celui du méchant et du gentil, du bien et du mal.Le monde n’est pas noir ou blanc, mais nuancé, il en va de même pour votre roman. Ça doit être avant tout, un conflit de deux systèmes de valeurs / idéologies.
Les deux systèmes souvent être justes et légitimes individuellement mais incompatibles : d’où le conflit.

Quelques exemples :

Julie veut se marier car elle aime Paul. Marc, son père, ne veut pas, il veut qu’elle finisse ses études. La raison de Julie est juste : elle aime Paul, et celle de Marc aussi : il veut que sa fille finisse ses études, mais elles sont incompatibles

Le peuple de Derek est opprimé par des lois. Derek organise des attentats pour le libéré. Darya fait partie de ce peuple, elle le défend de façon pacifiste, par la politique, et finit par entrer en conflit avec Derek car ses attentats donnent à leur peuple une mauvaise image.
Ici, les deux protagonistes ont le même but, mais leurs moyens les opposent, ce qui finira pas créer un conflit.

La fiche personnage :sourire

Attaquons le vif du sujet, la fiche personnage. Elle en sera pas le même selon le type du récit : nouvelle, one–shot, décalogue ou série littéraire… Chaque forme à des besoins différents.

La nouvelle :

Aujourd’hui, je me pencherais sur la fiche personnage pour une nouvelle.
Un nouvelle est court, en général > 40 000 signes. Donc pas besoin d’une fiche aussi élaboré que pour une décalogie. La nouvelle à tendance à aller droit au but, peu de description, donc pas besoin d’une fiche personnage de trois pages.

On aura essentiellement besoin de : nom, prénom, âge, description physique, qualité, défaut, gouts, rôle et une brève biographie et ses relations avec les autres protagonistes.

Exemple de fiche personnage pour une nouvelle :

Nom : Colin

Prénom : Julie

Age : 16 ans (Date de naissance, signe, si besoin)

Description physique : Blonde, aux yeux noisettes, élancée. A un grain de beauté sur le front. (Plus ou moins longue, avec, sans oublie les signes distinctif de votre personnage)

Vêtement : Jean et T–shirt bleu. (Les différentes tenues que portera votre personnage)

Qualités : Intelligente, gentille, douce, compréhensive. (Les qualités et défaut guideront les actions et les paroles de votre personnage)

Défauts : Naïve, faible

Aime : La lecture, courir dans la forêt, le chocolat

Déteste : Être enfermé, se faire martyriser, les myrtilles.

Rôle : Héroïne, rencontre un extra–terrestre blessé, l’aide et le cache. Elle finira par prendre le dessus sur Marie qui la martyrise et ne plus être une victime. Elle aide X–01–TYR à retrouver les siens.

Relation avec les autres personnages :
Marie : Elle est sa victime préférée. Julie la fuit autant que possible.
X–01–TYR : Extra–terrestre, Julie l’aide, ils sympathisent.
Diane : Mère de Julie, inconsciente du fait que sa fille se fait martyrisé à l’école.
(Pensez aussi à indique les changements de relation au cours du récit, si ils y en a)

Biographie : Jeune adolescente, se fait maltraiter à l’école, sa mère ne le voit pas. Elle est très solitaire et rêve de s’enfuir loin. Elle est en première scientifique, étudie beaucoup. Un jour en faisant un jogging, elle rencontre un extraterrestre blessé et l’aide.

Autre : Elle a le BSR, et vit en campagne. (Tout ce qui ne rentre pas dans les autres catégorie mais que vous devez retenir, et qui vous serviront pendant la rédaction de votre récit)

machine a écrire

Je joins donc mon exemple et une fiche personnage vierge, téléchargeable.
La prochaine fois, je me pencherai sur la fiche personnage du roman/novella et j’approfondirais la notion de protagoniste et antagoniste.

 ⇒   Fiche Personnage Exemple

⇒    Fiche Personnage Vierge

 

Eyleen Ryden

sorcière

P. S : Vous pouvez partager cette fiche, mais veuillez m’en informer/me le demander au préalable et me citer, j’y passe du temps. Merci ! 🙂

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑